mieux-etre.ch

Divorce réussi?

La question

Capitaines de notre vie, à la barre d’un navire que nous avons pour mission de conduire à “bon port”, nous naviguons sur l’immense océan du destin, au gré des vents qui nous font profiter de leur souffle généreux pour avancer mais qui nous soumettent également à rude épreuve lorsqu’ils se transforment en tempête. Face aux bourrasques qui ravagent tout sur leur passage, au coeur de la tourmente, nous n’avons pas vraiment d’alternative: il faut garder le cap, coûte que coûte, et éviter de sombrer corps et biens, même si nous sommes remués au plus profond de nos entrailles.

 

La réponse du psy

Quelle que soit la nature de l’ouragan qui porte le nom de maladie, de deuil, de perte d’emploi, de divorce ou de toute autre catastrophe existentielle, nous sommes obligés d’affronter ces vagues chargées de fatalité, en espérant que l’on parviendra à s’en sortir en limitant les dégâts. Les couples qui, après avoir décidé de faire route commune pour le meilleur et pour le pire, constatent l’incompatibilité de leurs trajectoires, vont nécessairement traverser une période riche en turbulences. Il y a alors d’un côté ceux et celles qui sont entraînés en plein oeil du cyclone et qui se rendent compte à quel point l’on sous-estime généralement la quantité de tristesse, de douleur morale et d’amertume qui vont déferler sur les deux embarcations, laminées par les forces majeures d’un déchirement terrible. Et puis, de l’autre, les “chanceux” qui échappent au raz de marée et qui retrouvent assez facilement des eaux plus calmes, propices à panser les quelques plaies de surface inévitables mais qui n’auront apparemment aucune peine à cicatriser. Dans ce cas, on parlera volontiers de divorce “réussi”, comme si le seul fait d’avoir évité le déchaînement des éléments et contourné le coup de tabac sans sauve-qui-peut général dans les canots de sauvetage était un succès digne de figurer en lettres dorées dans le journal de bord. C’est peut-être oublier un peu vite que l’on ne se quitte jamais sans provoquer des blessures sérieuses qui, même discrètes, peuvent se montrer particulièrement insidieuses et, parfois, contribuent à pourrir la suite de ce long voyage vers l’inconnu...