mieux-etre.ch

Célibataire ou vieux garçon?

La question

J’ai rencontré récemment un type très sympathique et je le vois très souvent, après le travail. Mais notre relation s’arrête là pour l’instant. Il a 30 ans, vit encore chez sa maman et n’est pas très entreprenant. J’en suis un peu amoureuse, mais j’hésite à me lancer parce qu’il a ce côté “vieux-garçon” qui me fait peur. Qu’en pensez-vous?

Le proverbe du sage Nô-Mi

Ce ne sont pas toujours les plus grosses graines qui donnent les plus belles fleurs. Avant de choisir ton bouquet, laisse au moins à tes roses le temps d’éclore...

 

La réponse du psy

Décidément, ce Cupidon, on ne peut pas compter dessus: quand on aurait besoin d’une de ses flèches bien placées au centre du coeur de la personne que nous convoitons secrètement, il joue les abonnés absents, les divas capricieuses, les archers fatigués ou carrément myopes comme Cyclope. Sans parler de sa propension à organiser des rencontres calamiteuses avec son âme soeur qui, manque de pot, a déjà choisi quelqu’un d’autre. Diantre, c’est que l’amour c’est plus compliqué qu’une inéquation: d’un côté, un coeur libre rempli de tendresse. De l’autre des yeux qui scrutent l’horizon à sa recherche. Tout semble si simple: un regard de braise, et c’est l’étincelle. Eh bien, pas du tout: rien ne fonctionne comme prévu, le destin brasse les cartes dans le mauvais sens, les violons ne s’accordent pas et le conte de fées tourne court. Adieu, homme ou femme de ma vie, il n’y aura pas de happy-end sous une lune de miel. Bon, admettons que ça marche. Ouf, tant mieux, le premier cap est franchi. Les tourtereaux convolent en justes noces et s’échangent les clefs de leurs coeurs. Le temps coule, la vie continue et la routine s’installe. Et un jour, on se rend compte qu’on a perdu le précieux passe. Qu’à cela ne tienne, on casse tout et on recommence. Avez-vous remarqué que les Blanche-Neige ou Belle-au-Bois-dormant et leurs princes charmants disparaissent de la scène sur un vague “ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants” dont personne n’a jamais entendu parler depuis? Si cette progéniture était vraiment si nombreuse, où sont les témoins de cet amour éternel? En réalité, c’est le vide absolu: départ sur un destrier blanc, au revoir les héros et puis silence radio. Les statistiques sont d’ailleurs des baromètres impitoyables: un mariage sur trois est voué à l’échec. Et même plus en milieu urbain. Fichtre, il y a de l’orage dans l’air. En vrac, étalés sur le bureau de l’avocat, les causes: manque de communication, disputes, infidélités, divergences de toutes sortes... Mais que sont-ils allés faire dans cette galère? Beaucoup de couples en rupture avouent alors que, si c’était à refaire, ils attendraient un peu avant de passer devant l’officier d’État-civil. Histoire de mieux se connaître, de s’apprivoiser, de mûrir un peu, de tester la solidité du ciment qui les unit, bref, de ne pas se précipiter pour faire comme les autres et coller à la moyenne qui veut que l’on soit marié avant trente ans à moins d’être un marginal asocial, pas très net sur les bords... Résumons la situation: vous avez rencontré un charmant célibataire dont vous êtes vaguement amoureuse. Mais mille détails vous chicanent, vous turlupinent, dont ce côté “vieux-garçon” qui est resté collé aux jupes de sa maman. Constatation: ce n’est pas l’amour-fou, le coup-de-foudre dévastateur, la raz-de-marée affectif style roman rose de gare. Tiède, serait plus adapté comme qualificatif. Alors, tout de suite, la question à pile ou face: je garde ou je largue? Stop! Vous avez le temps et même toute la vie. Évitez de coller des étiquettes: habiter avec sa mère à trente ans n’est pas pire que vivre seul dans un studio avec une nouvelle compagne toutes les deux semaines... Il n’est pas moins rassurant d’être un peu “vieux-garçon” sur une pente ascendante que “jeune-premier” sur le déclin. Préférez-vous le sourire carnassier d’un tombeur qui change de femme plus souvent que de chaussettes ou le charme tranquille de celui qui ne se laisse pas influencer par la mode, les “on-dit”, les préjugés et les sous-entendus moqueurs qui entourent ces personnes que l’on qualifie de “salade-montée” ou de “fruit-sec”, en oubliant que l’amour ne s’use que si l’on s’en sert? Soyez patiente et, surtout, ne tombez pas dans l’exigence futile de la “norme”: votre soupirant cache peut-être des trésors insoupçonnés qui ne se révéleront qu’avec les semaines, les mois ou les années.